Et 1, et 2 et 4-0 !


Devant plus de 45 000 personnes, les Bleues ont parfaitement géré leur entrée dans la compétition en s'imposant 4 buts à 0 contre des Coréennes peu dangereuses.


On ne pouvait rêver meilleure entrée en matière pour les Françaises dans cette coupe du monde à domicile, les Bleues, à l'image de la Patrouille de France survolant le Parc des Princes pendant la cérémonie d'ouverture, ont plané sur la rencontre.

Une cérémonie d'ouverture durant laquelle la chanteuse Jain nous a gratifié de trois chansons dont l'une, inédite, intitulée « Gloria ». Et glorieuses, les Tricolores l'ont été lors du match d'ouverture de la huitième coupe du monde féminine. Si l'émotion était palpable au moment des hymnes, les Bleues n'ont pas été submergées par l'enjeu se procurant de nombreuses occasions dès les premières minutes de la rencontre. Un bon début de match récompensé par l'ouverture du score d'Eugénie Le Sommer qui reprend parfaitement un centre de sa capitaine Amandine Henry. Un but qui n'altère en rien la détermination des joueuses françaises qui poursuivent leur nette domination dans une première mi-temps à sens unique. Les corners se multiplient et le neuvième sera le bon, le centre tendu de Gaétane Thiney est bien repris de la tête par Wendy Renard qui double la mise. Quelques minutes auparavant, une autre défenseure Mbock avait déjà marqué sur corner, un but logiquement refusé pour une position de hors-jeu grâce à l'intervention de la VAR (Assistance vidéo à l'arbitrage), une première dans une coupe du monde féminine.

Décidément à l'aise dans les airs Wendy Renard, du haut de son mètre quatre-vingt-sept, s'offre un doublé peu avant la mi-temps inscrivant un second but de la tête mettant fin au suspens d'un match qui semble déjà gagné par les Tricolores tant on se demande comment les Coréennes, complètement asphyxiées durant toute la première mi-temps, pourraient revenir dans cette rencontre. Deux buts de la tête sur corner qui ne sont pas sans rappeler le doublé d'un certain Zinédine Zidane un soir de juillet 1998 face au Brésil, cette année-là l'Equipe de France masculine avait été sacrée championne du monde pour la première fois de son histoire, espérons que nos Bleues connaissent 21 ans après le même sort que leurs glorieux aînés.

Au retour des vestiaires, on assiste à une deuxième mi-temps plus terne dans laquelle les joueuses de l'Equipe de France se contentent de gérer leur avance. Sans avoir été mises en danger, les Bleues terminent donc ce match sans encaisser de but et s'offrent même le luxe d'en inscrire un quatrième par l'intermédiaire d'Amandine Henry au prix d'une belle frappe à l'entrée de la surface qui vient conclure une entrée parfaite dans la compétition. 

Comments 0

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Se connecter

Pas encore inscrit ?
S'inscrire

Réinitialiser le mot de passe

Retour à
Se connecter

S'inscrire

Retour à
Se connecter
Format de votre post
Article
Video
Audio